Boire chaud, une réelle vertu pour la santé

Les deux systèmes ancestraux de santé, l’Ayurveda et la MTC (médecine traditionnelle chinoise) en font la base de la vitalité : en hiver surtout, pas question de boire froid, de peur en toute logique de couper le feu digestif et de perturber sérieusement tout le métabolisme ; le froid fige les aliments, principalement les lipides et entrainent la formation de cailloux biliaires et rénaux. Une mauvaise digestion des aliments et donc une mauvaise assimilation des nutriments entraînent une accumulation de déchets (toxines) dans le corps et ses liquides intra et extra- cellulaires.

La règle, en cet hiver de tous les dangers où la grippe fait rage, est de boire peu et chaud, peu à la fois à savoir deux ou trois gorgées, en faisant circuler dans la bouche avant d’avaler, ainsi les capillaires sanguins profitent tout de suite de l’hydratation à la température idéale, celle du corps.

Il est bien précisé de boire de l’eau chaude, sans aucune autre information (plante, fruit, arôme) que le corps aurait à traiter et qui freinerait l’hydratation : la prise la plus importante est celle du matin à jeun, qui réveille la rate (organe essentiel dont on parle peu) et rince tous les organes d’élimination qui ont travaillé pendant la nuit. Il est recommandé de boire une tasse aussi une demi-heure après les repas (pour éviter de diluer le bol alimentaire), et enfin une petite tasse avant de se coucher.

 

Par Agnès de Bentzmann

2019-02-06T11:03:50+00:00